II- La naissance de la vitamine D


II.1 Son élaboration par la science
II.2 Les principales sources de vitamine D
II.3 Ses rôles physiologiques sur la santé ostéo-musculaire

 

II.1 Son élaboration par la science

Ainsi, comme mentionné au cours de la partie précédente, c’est en 1922 que Mc Collum découvre et isole la vitamine D, appelée à cette époque calciférol, à partir de l’huile de foie de morue.

Peu de temps après, c’est en 1924 que deux chercheurs américains de deux universités différentes découvrent simultanément que le soleil est une source naturelle de vitamine D. La substance commune entre le soleil et l’huile de foie de morue aux effets bénéfiques contre le rachitisme est alors définitivement identifiée [13].

De nouveau dans l’article de E.Faure paru sur le site médical « caducee », on nous apprend qu’Adolf Windaus parvient à isoler la vitamine D2 (ergocalciférol) d’origine végétale en 1932 à partir de l’ergot de seigle [14]. Puis, ce même chimiste Allemand parvient en 1936 à isoler la vitamine D3 (cholécalciférol) d’origine animale à partir d’huile de poisson.

formuled3Un peu plus tard on nous précise que cette même vitamine a été synthétisée pour la première fois en 1952 par le docteur Woodward qui reçu pour cela le prix Nobel en 1965 [15].

Puis, le Pr Anthony Norman découvre, contre toutes attentes, que la vitamine D est convertie par l’organisme en une hormone stéroïde qu’est le calcitriol [15]. La vitamine D, que l’on croyait alors être à l’époque une vitamine comme les autres, s’avère être aussi une pro hormone.

Dans la foulée, c’est en 1969 que, le Pr Norman découvre l’existence du VDR (récepteur à la vitamine D). Le calcitriol agit en se liant à ce récepteur spécifique [15]. Enfin, il a fallu attendre 1994 pour qu’un dérivé synthétique de la vitamine D, le calcipotriol, soit mis au point et commercialisé.

 

II.2 Les principales sources de vitamine D

Il existe deux principales sources de vitamine D que sont les rayons solaires et l’alimentation.

On sait aujourd’hui que l’organisme est capable de synthétiser naturellement la vitamine D par la peau. D’après une étude de 1995 menée par le département de médecine du centre médical de l’université de Boston (Etats-Unis), celle-ci est produite lors de l’exposition à des rayons de type UVB dont la longueur d’onde se situe entre 280 et 315 nm environ [16].
spectrumIl est donc important de préciser que les rayons des cabines auto-bronzantes qui sont de type UVA sont totalement inefficaces pour la synthèse de vitamine D.

De plus, une étude montre que 15 à 20 minutes d’expositions au soleil par jour suffisent pour produire une quantité suffisante de vitamine D3 nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme, soit jusqu’à 15000 UI [17]. Cette préconisation n’est valable que dans le cas où la longueur d’onde des rayons solaires est propice à la synthétisation de la vitamine D par la peau, soit entre les mois d’Avril et Octobre pour la plupart des régions du territoire Français.

Pour ce qui est de l’alimentation, les aliments contenant le plus de vitamine D sont les poissons gras tels que le saumon, les sardines et bien sûr l’huile de foie de morue. On en trouve aussi dans les abats et particulièrement les foies de viande mais aussi dans le jaune d’œuf ou bien encore dans le lait de vache si celui-ci a été collecté en été.

vitamine-d-bienfaits-santé-et-ses-meilleures-sources

 

II.3 Ses rôles physiologiques sur la santé ostéo-musculaire

La vitamine D est une vitamine liposoluble vitale à la fois pour la santé osseuse et dentaire. En effet, elle joue un rôle primordial dans l’absorption intestinale du calcium et donc sur son métabolisme au sein de l’organisme [18].

Par ailleurs, elle participe aussi à la déposition et au retrait du calcium des os selon les besoins de l’organisme [19]. De même, la vitamine D joue un rôle primordial dans le remodelage osseux.

Notre corps étant sans cesse en état de dégradation et de régénération pour détruire les tissus usagers et en rebâtir de nouveau, nous devons donc lui apporter tous les matériaux nécessaires à un remodelage efficace afin de prévenir les fractures osseuses et l’ostéoporose qui pourraient subvenir à la suite d’une carence en nutriments essentiels à la reconstruction.

osteo-1Quels sont alors les mécanismes physiologiques qui ont lieu dans l’organisme lorsque les apports de vitamine D viennent de l’alimentation ou bien des rayons solaires ?

Sous l’effet des rayons UVB, la vitamine D3, aussi appelée cholécalciférol, est synthétisée au niveau cutané par les précurseurs dérivés du cholestérol : 7 – Déhydrocholestérol. Si l’apport provient de l’alimentation, la forme de provitamine peut être D3 s’il s’agit d’une source animale ou D2 s’il s’agit d’une source végétale.

Ces deux provitamines sont transportées par la circulation sanguine vers le foie par une protéine de liaison que l’on nomme DBP ou vitamine D-binding protein.

Dans le foie, elles sont hydrolysées par l’enzyme 25-hydroxylase, qui fixe un hydroxyle à la place du H du carbone 25, pour former de la 25(OH)D, aussi appelée 25-hydroxy vitamine D ou encore calcifédiol [20].

vitamine-d3-synthèseA noter que la concentration sérique de calcifédiol est une mesure du statut vitaminique d’un individus. Ensuite, ce composé est transporté par le plasma sanguin dans le tube proximal du rein où il est transformé par l’enzyme 1-alpha hydroxylase en 1,25-dihydroxy-cholécalciférol (1,25(OH)2D) ou encore calcitriol.

Ce dernier composé est le métabolite actif de la vitamine D, c’est à dire qu’il s’agit d’une forme hormonale active. Lorsque le calcitriol se fixe sur son récepteur nucléaire spécifique (VDR), il favorise l’élévation de la calcémie et de la phosphatémie, essentiellement en augmentant l’absorption digestive de calcium et de phosphate [20].

La demi-vie des vitamine D2 et D3 est de 24h mais comme elles sont lipophiles elles peuvent rester dans le tissu adipeux pendant environ 2 mois. Cette caractéristique fait qu’en cas de supplémentation, de grosses doses de vitamine D peuvent être ingérées de manière peu fréquente sans pour autant perdre en efficacité [20].

huile morue

 

Introduction

I- L’évolution de la santé ostéo-musculaire à travers l’histoire

I.1 Le mode de vie au paléolithique
I.2 De l’antiquité jusqu’au XVIIIème siècle
I.3 Les découvertes curatives du rachitisme

II- La naissance de la vitamine D

II.1 Son élaboration par la science
II.2 Les principales sources de vitamine D
II.3 Ses rôles physiologiques sur la santé ostéo-musculaire

III- Où en est la science aujourd’hui ?

III.1 Le point sur le statut vitaminique D de la population Française
III.2 Apports en vitamine D et santé osseuse
III.3 Apports journaliers recommandés
III.4 Existe t-il une dose optimale ?

Conclusion

Bibliographie

 

Autres travaux de recherche

Retour en haut

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :