Conclusion

Travail de recherche : Véganisme et sports de force (haltérophilie, strong man, force athlétique…)

Comme nous venons de le voir, en faisant les ajustements nécessaires et en choisissant ses aliments avec précautions, être vegans ne semble pas poser de problème vis à vis de la progression et des performances en force. A haut niveau, les stratégies alimentaires sont d’autant plus cruciales car le moindre manque ou la moindre carence peut avoir des répercussions directe sur la performance de l’athlète.

A partir du moment où les besoins énergétiques sont parfaitement comblés sur la journée, que les macronutriments sont présents en quantités adéquats avec des protéines complètes, que les apports en micro éléments sont assurés par des choix alimentaires judicieux et/ou une supplémentation, le régime végétalien est tout à fait apte à propulser des athlètes aux plus hauts niveaux dans les sports de force.

 

Introduction

I- Considérations nutritionnelles des sports de force

I-1 Besoins énergétiques

I-2 Répartitions des macronutriments

I-3 Palmarès de quelques athlètes de force vegans

II- Les problématiques rencontrées par les vegans

II-1 Apports protéiques et acides aminés

II-2 Les apports en micro-éléments

II-3 L’équilibre oméga 3 / oméga 6

II-4 La créatine

Conclusion

Bibliographie

Annexes

 

Autres travaux de recherche

 

Retour en haut

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :